0

Qui gagnera la guerre du streaming ?

Chi vincerà la guerra dello streaming?

Le bombardement des téléspectateurs du monde entier par les différentes plateformes se poursuit. Elles semblent avoir entamé une véritable guerre basée sur des offres toujours plus nombreuses et variées, sur des récits qui reposent sur la force de stars recherchées et les promesses d’intrigues spectaculaires et de grandes émotions. Mais en regardant de plus près, on peut déjà voir certains signes d’affaissement, avec plus d’une statistique indiquant que par exemple Netflix a de plus en plus de mal à trouver de nouveaux abonnés. En outre, les performances des autres plus populaires commencent à devenir plus erratiques, certainement loin du succès qu’elles avaient jusqu’à récemment, peut-être en raison de la pandémie. Mais que se passe-t-il réellement ?

Un rêve qui s’est arrêté ?

Sans l’ombre d’un doute, l’histoire de Netflix est celui d’un succès planétaire qui a marqué l’histoire, envoyant définitivement dans le vieux monde des vidéos amateurs, du seul et unique Blockbuster par John Antiochus vers qui Randolph et Hastings se sont tournés au début des années 2000. Antiochus, cependant, a répondu à cette idée par un rire mal contenu et une série de tirades contre le monde du web. Il n’a pas eu de chance, car quelques années plus tard, Blockbuster a commencé à perdre de l’argent à tour de bras, et a été contraint de fermer en 2014. Netflixsurvivre à la cour impitoyable de Amazonest devenu le géant qui domine le petit et le grand écran que nous connaissons tous aujourd’hui.

Le problème, cependant, est que, comme pour tout type de produit commercial capable de capter immédiatement l’intérêt du public avec un succès déflagrant, Netflix a fait exactement ce que la culture commerciale américaine a fait avec le glam rock, les boys bands, le DDT et les films en 3D : elle a saturé le marché.

A un regard objectif, il faut reconnaître que Netflix L’offre est si gigantesque et variée, les niveaux de qualité si inconstants ; en effet, on peut dire sans se tromper qu’un bon 30% (pour être juste) de ce que le public propose n’a rien de particulièrement excitant.

En revanche, les produits raffinés de qualité supérieure sont plutôt détruits en l’espace d’une ou tout au plus deux saisons, sans que l’on puisse saisir exactement pourquoi et en créant une sorte de court-circuit émotionnel chez les fans.

On est en fait obligé de s’attacher puis de se désaffecter des personnages et des intrigues en très peu de temps, un cercle vicieux épuisant et démotivant. Vous voulez des exemples ? Pensez à la déception Cursed, The Ridiculous 6, The Last Days Of American Crime ou The Outsiderpar rapport à Chasseur d’espritsérie Marvel o L’OAsouvent annulé avec ignominie. C’est pourquoi le récent krach boursier de 20 % ne peut pas être une surprise, pas pour ceux qui ont vu le peu de respect pour le public.

De nouveaux protagonistes avec de nouvelles idées

Ce déclin vertigineux, la crise des nouveaux abonnés et l’inquiétude des investisseurs, doivent pourtant aussi être trouvés dans une raison simple et élémentaire : l’augmentation de la concurrence. Comme dans tout autre domaine, le streaming s’est avéré être un terrain fertile où de plus en plus de joueurs ont décidé de miser. Ils l’ont fait en choisissant des voies très différentes de celle de l’UE. Netflixen termes d’ampleur et aussi de variété des offres. En bref, nous avons appris à connaître Hulu, Hbo Max, Amazon, StarzPlay, Apple TV+, Crunchyroll, Peacock, HBO, Sky, Disney+…penser que vous pourriez rester en tête face à cette masse de feu était plutôt naïf.

Cependant, il y a aussi un autre élément à analyser, le fait qu’avec l’éradication progressive du covid-19, de nombreux utilisateurs se sont désabonnés, en fait parce que maintenant ils ne doivent plus rester à l’intérieur pendant des jours entiers. Le cinéma revient-il lentement à son rôle principal ? Espérons-le.

Pour l’instant Netflix reste toujours fermement en tête, avec Amazon qui, en revanche, est le véritable grand rival, en vertu d’une qualité générale plus élevée de ses produits, d’une volonté d’expérimenter et d’oser faire les choses en grand, qui a dans la série très attendue sur la Le Seigneur des Anneaux le symbole par excellence.

The Boys, Invincible, Mme Maiselétaient tous de grands succès, et pourtant même Amazon a une faiblesse, que la série basée sur le chef-d’œuvre de Tolkien va tenter de surmonter : le genre fantastique.The Wheel of Time, American Gods, Carnival RowIls n’ont pas convaincu, ils semblaient être des produits inconstants, presque anciens à certains égards, avec des processus de production pour le moins épouvantables. Mais aussi Disney + est à prendre en compte, car elle continue de montrer la voie avec son offre familiale centrée sur les thèmes suivants Marvel, Pixar et Star Wars. Toutefois, cette ressource peut également devenir une limite, car les propositions encore plus diversifiées d’autres acteurs ne manquent pas.

Tout ceci explique pourquoi on parle tant d’une éventuelle série sur la Alienétant donné la nécessité de s’étendre à un public plus sélectif mais pas nécessairement de niche.

En même temps, il ne faut pas oublier qu’il existe aussi des plateformes qui ne favorisent que et exclusivement les projets voués à la qualité absolue, réduisant constamment et progressivement l’offre au public.

CODA

La qualité au lieu de la quantité

Nous parlons de Apple TV+ e HBO. Même aux derniers Oscars, le Apple a fini par obtenir un maximum de résultats avec un minimum d’efforts, avec CODA qui a dépassé (imaginez ça) seulement Le pouvoir du chien, Tick, Tick…Boom ! Dont’ Look Up par Netflix et le reste de la compétition.

Apple propose des produits d’une qualité incontestée dans le Scission, Servant, Home Before Dark ou WeCrashed. Il en va de même pour les films, où l’on trouve entre autres des documentaires et des œuvres animées de grande valeur. Ensuite, il y a « la grande vieille », il y a HBO. Il s’agit d’une plate-forme qui a su s’adapter à l’époque et aux bouleversements qu’a connus le streaming au cours des vingt dernières années. Nous lui devons des chefs-d’œuvre tels que The Wire, Game of Thrones, The Sopranos, Veep… e Deadwood. Sa malédiction à certains égards a été d’arriver trop tôt, trop tôt, lorsque le petit écran était encore considéré comme l’univers mineur.

Mais au cours de ces années, il a travaillé patiemment, lentement, il a récupéré des positions et a appris à se déplacer au bon moment, plaçant des coups incroyables à chaque fois. Euphoria par exemple, est déjà la série symbolique par excellence de la Génération Z.

Inutile de dire que le concept de la série télévisée a été modifié par la Game of Thronesavec lequel HBO a littéralement ouvert un monde de possibilités il y a dix ans, et nous a fait comprendre comment la sérialisation peut remplacer le grand écran comme protagoniste narratif.

Peut-être est-ce la voie à suivre, et Netflix devra probablement accepter cette réalité : elle perdra progressivement l’avance, ou du moins ne disposera plus de l’avantage retentissant qu’elle avait jusqu’à cette année. Elle devra concentrer ses efforts sur des produits de meilleure qualité, en évitant les productions stériles ou celles qui ne sont pas appréciées du public. Peut-être les cinémas pourront-ils retrouver au moins un peu de leur centralité, qui ne voit pour l’instant que les films de divertissement comme les véritables protagonistes du box-office. Quelque chose de pas très édifiant.

Source : blog.screenweek.it

Laura

Laura

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.