0

Edu García avoue : "Dans 'ANHQV&#039 ; j’ai vu des choses qu’un enfant de 12 ans ne devrait pas voir."

Edu García avoue : "Dans 'ANHQV&#039 ; j'ai vu des choses qu'un enfant de 12 ans ne devrait pas voir."

« Il y a des choses dont je ne me souviens pas aussi bien, parce qu’elles étaient un peu prématurées.« . C’est par ces mots qu’il a commencé par rappeler son passage à l’école de l’Union européenne. ‘Aquí no hay quién viva’ (Il n’y a personne qui vit ici) celui qui était l’un de ses jeunes protagonistes, Edu Garciadans le podcast « Club 113 ». Le désormais rappeur ne mâche pas ses mots lorsqu’il s’agit d’évaluer ce qu’était cette époque, à laquelle il tient beaucoup, même s’il considère que tout ce qu’il a vécu à cette époque n’était pas positif.

« Je considère que un enfant de 12 ans ne devrait pas avoir les yeux bandés, mais il y a des choses qu’il n’aurait pas dû voir.. J’étais un petit garçon immobile et je rentrais à la maison en disant à mon père : « Hé, papa, j’ai vu ceci, j’ai vu cela ». Mon père ne m’a pas trompé, il m’a dit : « Fils, par ici c’est bien, par là c’est mal ». Mon père m’a toujours donné de très bons conseils, mais je pense que ce sont des choses qui me sont arrivées avant mon temps », déclare le jeune homme sans donner plus de détails, peut-être pour éviter toute controverse.

Mais ce n’est pas le seul sujet de télévision qui a été abordé au cours de l’interview, puisque la rumeur de sa participation à l’édition actuelle de « Supervivientes » a également été mise sur la table. Un beau jour, García s’est réveillé en apprenant qu’il pourrait être l’un des concurrents. Selon lui, rien n’est plus éloigné de la vérité : « C’était un pur et simple clickbait. Je me suis réveillé et mes collègues m’ont dit que j’allais aller à « Supervivientes ». J’ai répondu qu’ils l’auraient dit à tout le monde, sauf à moi.« , commente-t-il avec dérision.

Sur le même sujet :  La ville des flics sourds : Euel Kinnaman sera la vedette d'un curieux thriller d'action

Malgré tout, c’est une porte qu’Edu ne ferme pas, loin de là, puisqu’il assure qu’il y serait allé si on le lui avait vraiment proposé : « Je pense que je peux tenir et survivre là-bas, pour être honnête. Pour pêcher et faire ma cabane, je vous assure que je donne » L’artiste, qui reconnaît également qu’il est bien conscient de la dureté de l’émission de télé-réalité.

Dans ce sens, Edu García révèle qu’il a un contact qui travaille dans la société de production, de sorte que Il sait de première main que les difficultés rencontrées par les participants sont réelles : « Dans une édition, ils ont demandé du tabac à mon ‘frère’, qui leur a répondu qu’il n’y avait ni tabac ni rien d’autre.. Ils ont demandé du vice, et mon collègue leur a dit qu’il ne pouvait pas leur en donner, qu’ils devaient rendre tout cela réel. C’est normal, vous êtes sur une île et vous voyez que le caméraman fume… alors vous lui demandez du tabac, mais ils ne lui en donnent même pas », ajoute le jeune streamer.

Source : www.elconfidencial.com

Laura

Laura

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *