0

Pachinko : entretien avec le directeur de la photographie/créateur d’images Florian Hoffmeister

Serienjunkies - Alle Serien auf Serienjunkies.de

Vous êtes ici : Serialjunkies  » News  »

Pachinko : Interview du directeur de la photographie/créateur d’images Florian Hoffmeister

Pachinko : Interview du directeur de la photographie Florian Hoffmeister

Comment s’est déroulé le tournage de la série Apple ? Et comment fonctionne le travail avec la caméra ?

Florian Hoffmeister (à gauche) et Kogonada (à droite) sur le plateau de tournage de Pachinko (c) Apple TV+.

Le directeur de la photographie Florian Hoffmeister a créé le style visuel de la série Pachinko d’Apple. Dans un entretien avec Serienjunkies.de, il parle du tournage de ce projet international et de son travail en général.

Le directeur de la photographie et réalisateur récompensé par un Emmy et un BAFTA Award Florian Hoffmeister (Société britannique des cinéastes) est responsable des images impressionnantes de la série dramatique asiatico-américaine Pachinko, qui a été lancée fin mars sur le streamer Apple TV+. En collaboration avec le directeur Kogonada, Hoffmeister a dirigé la caméra sur les épisodes 1, 2, 3 et 7. Ce natif de Brunswick a été engagé par la showrunner Soo Hugh, qu’il connaissait grâce à son ancienne station The Terror. Hoffmeister avait déjà participé à des séries britanniques à épisodes multiples comme « Five Days« , « Le Prisonnier » et Great Expectations (l’adaptation de Dickens lui a valu en 2012 les prix mentionnés au début de cet article pour son travail sur l’image).

Dans le domaine du cinéma, Florian Hoffmeister, diplômé de la Deutsche Film- und Fernsehakademie de Berlin dans les années 1990, a travaillé sur les chefs-d’œuvre de Terence Davies « La mer bleue profonde » et « A Quiet Passion« mais aussi sur des bandes plus légères comme « Mortdecai » ou « Johnny English Strikes Again« . Avec « 3 degrés plus froid » (2005) et « Les pauvres(2016), Hoffmeister a également réalisé deux mises en scène pour des films dits  » de guerre « . Longs métrages.

Dans un entretien avec SERIENJUNKIES.FR®, Florian Hoffmeister a pris le temps de s’intéresser de plus près au tournage d’une série internationale aussi ambitieuse que Pachinko. Quelles sont les considérations qui ont guidé la conception des images du drame d’Apple ? Quels sont les défis auxquels l’équipe a dû faire face ? Et pourquoi la performance de l’actrice sud-coréenne Yoon Yeo-jeong, lauréate d’un Oscar (« Minari« ) a été touché de la sorte ?

Sur le même sujet :  Thor : Amour et Tonnerre connaît un bon départ au box-office, mais derrière Doctor Strange

Le directeur de la photographie allemand de Pachinko nous explique également comment fonctionne le travail avec la caméra en général. Hoffmeister prend même position sur la grande question de foi dans son métier : faut-il tourner en numérique ou en pellicule physique ?

Florian Hoffmeister interviewé par Serienjunkies.de

Serienjunkies.de : Caméraman ne sonne pas aussi chic que ‘Director of Photography’ ou ‘Cinematographer’. Pensez-vous à un nom allemand pour votre profession, auquel vous pourriez mieux vous identifier ?

Florian Hoffmeister : « Il y a toujours des réflexions sur la manière de mieux cerner ce groupe professionnel. Le travail ne se limite pas à tenir la caméra. Nous avons une influence profonde sur la composition de l’image, sur les couleurs et sur le mouvement de la caméra. C’est pourquoi l’anglais utilise ces deux termes, qui couvrent bien plus de choses. Pour ma part, je penche pour Cinematographer, parce que c’est un peu plus artistique et holistique, alors que Director of Photography a une connotation plus organisationnelle. Mais il existe aussi une école selon laquelle il ne peut y avoir qu’un seul directeur. En allemand, on utilise parfois le terme Bildgestaltung – ou simplement Kamera. Mais comme je travaille principalement à l’étranger, je reste le plus souvent sur Cinematographer.« 

Je comprends. Mais avec votre famille, vous êtes probablement le cameraman, non ?

Hoffmeister : « Exactement, soit ça, soit ils disent : ‘Il fait caméra’.« 

Combien de personnes font typiquement partie de l’équipe de tournage ? Et qui tient réellement la caméra ?

Hoffmeister : « En Allemagne, la tradition veut que le créateur d’images dirige lui-même la caméra – en anglais, on dirait ‘operate’. En Amérique, l’opérateur est également un terme professionnel. Leur tâche consiste uniquement à déplacer la caméra. Cette pratique est historique, car les productions étaient généralement beaucoup plus coûteuses et nécessitaient souvent plus d’une caméra. Ensuite, il y a ce qu’on appelle l’éclairagiste en chef – ou ‘gaffer’ – qui dirige le département lumière. En tant que directeur de la photographie, je communique directement avec lui ou elle, bien que le département puisse compter entre 15 et 500 personnes, selon la taille de la production. Pendant ce temps, le ‘Dolly Grip’ – en allemand, on dirait ‘Bühnenmann’ – coordonne le chariot de la caméra, qui se déplace sur des rails. Mais il arrive aussi que la caméra soit montée sur une voiture ou qu’elle vole dans les airs. Si c’est moi qui dirige la caméra, je suis en contact permanent avec le grip, sinon c’est l’opérateur qui s’en charge. Les assistants de mise au point veillent à ce que l’image reste nette en cas de mouvement, ce qui est réglé manuellement via les objectifs. Depuis peu, un ‘Digital Image Technician’ est venu s’y ajouter. Avec lui, on peut déjà prendre certaines décisions de trajectoire sur le moniteur du plateau. Au total, ce sont souvent 40 personnes qui travaillent uniquement à la caméra, à l’éclairage et à la scène – et elles sont toutes sous la responsabilité du créateur d’images.« 

Sur le même sujet :  Comment regardez-vous la télévision ou la vidéo sur votre téléviseur ?

Y a-t-il des idées fausses courantes sur votre travail que vous avez toujours voulu dissiper ?

Hoffmeister : « C’est une bonne question. Je considère mon métier comme un métier artistique. Pour beaucoup, il s’agit plutôt d’un métier qui consiste à aider le réalisateur à concrétiser sa vision sur le plan technique. C’est bien sûr vrai dans certains cas, mais cela repose sur l’idée que le réalisateur est aussi un auteur. C’est une tradition en Allemagne, y compris au théâtre. Mais dans le cas d’une série, le rôle d’auteur est plus complexe. Il y a ceux que l’on appelle les showrunners et les auteurs qui écrivent les projets. Souvent, il y a aussi plusieurs réalisateurs qui mettent en scène les épisodes. Si le directeur de la photographie reste le même, il peut apposer sa signature sur l’ensemble de la série afin qu’elle reste visuellement cohérente. C’est en fait ce qui passe le plus inaperçu, l’influence du directeur de la photographie sur l’atmosphère d’une scène. Je ne parle pas seulement du montage, mais aussi de l’impression que donnent deux personnes assises à une table, par exemple. Est-ce clair ou sombre ? Est-ce intime ou clinique ? Est-ce que c’est froid ? Le directeur de la photographie a une influence majeure sur ces décisions, en fonction du réalisateur. Certains réalisateurs travaillent en fonction du jeu d’acteur, d’autres sont motivés par la technique – dans l’idéal, les deux se combinent. Mais il y a des situations où tout dépend des connaissances techniques et de la capacité artistique du directeur de la photographie à transmettre une ambiance. Notre influence sur les images et sur la conception d’une série est vraiment fondamentale, ce qui est malheureusement rarement reflété.« 

Sur le même sujet :  Fleishman is in Trouble, une bande-annonce détaillée et une date de lancement

Découvrez l’offre Apple TV+ dès maintenant

D’autres superbes interviews en vidéo ou à lire sont disponibles ici.

Source : www.serienjunkies.de

Laura

Laura

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *