0

Critique de film "l’arracher et le jeter"

Critique de film "l'arracher et le jeter"

Le film en bref : des vibrations de Tarantino dans la campagne russe.

Attendez une minute, cependant. Tout d’abord, pas en un mot. Ensuite, la comédie noire « Rip It Off and Throw It Out », qui écrase son visage dans l’asphalte, va plus loin dans ses ambitions que les copies disgracieuses des vieux opus de Quentin ne sont autorisées à aller. Pour le réalisateur Kirill Sokolov, il s’agit de son deuxième long métrage, et pour le spectateur, c’est un cas clinique rare, on pourrait dire exceptionnel, d’un réalisateur avisé s’introduisant dans la relation intime entre le pulp fiction américain et le chthonium russe et organisant avec eux une sulfureuse partie à trois.

Et pas d’amour ! Seulement des frottements, des craquements de côtes cassées et l’odeur de l’argent sale, qui, contrairement à la sagesse populaire, ne fait pas que sentir, mais pue le formaldéhyde. Aimer et être aimé, c’est pour les mauviettes. Tuer et être tué est une autre affaire ; c’est le droit inaliénable de chaque habitant de l’univers kitsch de Tarantino, où le gore, l’esprit et les références cinématographiques règnent en maîtres.

Dernièrement, à savoir en 2018 avec la sortie du film Papa, Die de Kirill Sokolov, les droits et libertés fondamentaux des États Tarantino sont devenus applicables aux réalités de la Russie criminelle. Où les intérieurs sont dominés par des nuances de vert et de rouge. Où la moralité est aussi biaisée qu’une hutte ancienne et aussi voyante qu’un cuisinier dans une cantine de l’armée. Zooms aigus, ultra-violence, blasphèmes et banditisme faisant partie de l’identité nationale – le mimétisme du Kill Bill communautaire engendre l’excentricité, et l’excentricité de l’histoire est attirée par l’exécution terre à terre. Ce n’est donc pas un bain de sang qui correspond à l’intrigue, mais le scénario est écrit de telle manière que la cruauté hyperbolisée et les autres composantes d’un bon Tarantino apparaissent non seulement de manière spectaculaire, mais aussi convaincante dans le cadre. Tout doit suivre le canon du maestro : si vous fumez, Red Apple, si vous mangez, Le Big Mac, si vous vous faites remettre les idées en place, utilisez une batte de baseball et jouez de la musique de Morricone.

Sur le même sujet :  'Blue Beetle' : Susan Sarandon jouera la méchante dans le nouveau film DC

Sauf que les héros de Sokolov, contrairement aux hommes de main de Quentin, ne sont pas, disons, des gangsters patentés. Ils ne sont pas envoyés sur une route tortueuse par quelque Marcellus Wallace, mais par des désirs basiques, souvent ridicules : l’envie de vengeance et de profit dans « Daddy, Drop Dead » ou le désir naïf de récupérer ses droits parentaux après un emprisonnement dans « Rip It Off and Throw It Away ». En parlant de prison : c’est là que commence le film que nous analysons. Dans des endroits pas si lointains, reste la clocharde Olga (Victoria Korotkova) et courageusement, crachant ses dernières dents, traverse l’enfer de la zone féminine russe. Après tout, à l’extérieur, dans le pays du vainqueur Andrei Zvyagintsev, elle attend son « fiancé absent » avec une maison dans la grande ville et sa fille Masha (Sonya Krugova).

Qu’est-ce qui pourrait mal tourner ? N’importe quoi. « Arrache-le et jette-le » griffonne un affreux carré sans amour sur le mur de béton : Olya veut reprendre la garde de Masha, qui vit avec sa grand-mère (Anna Mikhalkova), laquelle ne va pas remettre l’enfant entre les mains d’un détenu, fût-il autochtone. Afin de protéger la fille de sa mère, qui est maintenant libre, la grand-mère engage un flic borgne local (Alexander Yatsenko), qui est également impliqué dans cette histoire – c’est Olga qui a sorti son clignotant et a été envoyée au pénitencier pour cela.

L’appât complètement inadéquat cesse de l’être lorsqu’un téléspectateur se rend sur le site « The Wiretap… » dans n’importe quelle ville de banlieue et fait défiler son flux. Ce genre de gibier n’est pas un conte pervers, mais une coupure d’un journal de province, et c’est là la force de la dramaturgie de Sokolov. Tout comme nous avons cru aux fables sombres d’Alexei Balabanov, que ce soit la bande dessinée farfelue « Zhmurki » ou le néo-noir yakoute « Kochegar », nous croyons au monde de « Rip It Off and Throw It Out ». Dans cet enfer rural, les échauffourées, les rivières de sang et les cris violents ne sont pas seulement des éléments stylisés des projets de Tarantino, mais un rappel sobre – nous avons ici un film. Eh bien, le cinéma, y compris les films idiots et de genre, doit être considéré comme un reflet de la réalité dans laquelle vous et moi existons.

Sur le même sujet :  Obligations d'épargne de série I : ce que les lecteurs veulent savoir

L’expression populaire « l’arracher et le jeter » s’applique aux personnes qui sont peu fiables et irascibles. Le film de Sokolov parle d’eux : il s’agit de racailles et de fainéants, dont la négligence entraîne des bris de verre et des blessures graves. En même temps, le titre du film sonne comme un conseil aux parents, jeunes et moins jeunes, respectueux de la loi et des lois, de laisser leurs enfants tranquilles ! Laissez-les faire ce qu’ils veulent dans la vie. Si une personne n’est pas intéressée par la physique nucléaire, mais, disons, par la rééducation des prisonniers, alors laissez l’enfant mettre un camouflage FSIN et aller à l’objet pour accumuler de l’ancienneté.

Les personnages de Sokolov en parlent ouvertement : il est important de sevrer un enfant du sein de sa mère à temps, mais il est également important de jeter l’enfant dans le flottement libre après l’avoir d’abord préparé à toutes les astuces de l’âge adulte. Et il y en a beaucoup dans notre société, dont la mentalité, selon le réalisateur, est basée sur la haine mutuelle de tout le monde envers tout le monde, y compris dans le cercle familial proche.

Dans Rip It Off and Throw It Out, la pauvre petite Masha doit passer par un maté, une poursuite dans les bois, être prise en otage par un agent de la circulation et se frotter à sa mère qui vient de purger sa peine. Le film de Sokolov présente également des altercations verbales et des coups de feu, maladroits et brutaux, mais surtout, il se caractérise par une bonté d’âme, même si elle est maculée de terre noire tachée de sang. Beaucoup de gens essaient d’imiter Tarantino, mais très peu y parviennent, car ils n’apportent rien de personnel et oublient tout ce qui existe dans le monde, dessinant dans leur imagination le storyboard du prochain massacre brutal.

Sur le même sujet :  'La que se avecina' ; saison 13 : 10 nouveaux acteurs rejoignent la série

Sokolov contribue à la formule esthétique par laquelle « Mad Dogs », « Pulp Fiction » et « Django Libre » sont moulés – je ne peux même pas y croire – un humanisme sincère. Le happy end dans « rip it off and throw it away » n’est pas une surprise, mais une coïncidence tout à fait prévisible. La norme d’humanité, en dépit de l’étalage de gore ponctuel, est remplie. Après tout, de tout film, même le plus sale et le plus impitoyable, le spectateur tire une certaine pensée dans la réalité. Sokolov s’exprime ainsi : « Vous pouvez vous débarrasser de Serebryakov, qui boit de la vodka à l’épicerie, et du portefeuille marqué Bad Mother Fucker, mais priver les films noirs de leur caractère raisonnable est un crime.

Partager :

Sergei Chatsky
28 avril 2022
$Merci à l’auteur

Merci à l’auteur
Sergei Chatsky


Évaluation de l’auteur
Cinéma
Note des lecteurs
0%
Votre évaluation

Laura

Laura

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *